Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’insertion professionnelle des jeunes, en particulier ceux confrontés à une accumulation de difficultés obérant leur accès à l’emploi, est une priorité nationale.  S’agissant plus particulièrement des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur, la multiplication des formations liées à la professionnalisation et

l’ouverture de plus en plus large de l’éventail d’autres formations universitaires permettent certes d’offrir des parcours de formation adaptés aux souhaits individuels, mais rendent   cependant le système universitaire très peu lisible.  
À cet égard, je compte :

  • Renforcer l’adéquation entre la formation et les besoins des entreprises et consolider nos filières d’enseignement supérieur professionnel. L’université doit se préoccuper de l’employabilité de ses diplômés, notamment en établissant des partenariats avec les acteurs économiques locaux.
  • Mettre en œuvre dans les Universités et les établissements d’enseignement professionnel une politique d’attribution des financements publics conditionnée à une évaluation transparente des débouchés par filière.
  • Ouvrir l’apprentissage de métiers aux jeunes de l’université dès lors qu’il s’agit d’une voie de formation à part entière.
  • Susciter l’engagement des entreprises à la politique nationale en faveur des jeunes en prévoyant une exonération de charges pour l'embauche d'apprentis dans toutes les entreprises.
  • Engager des partenariats avec l’artisanat et les très petites entreprises (TPE) qui représentent un vivier de recrutement à ne pas négliger.
  • Utiliser les capacités du secteur public en termes de stages et de formation pour favoriser les jeunes âgés de 16 à 25 ans sortis du système éducatif sans diplôme et sans qualification professionnelle reconnue.
  • Encourager les jeunes à s’investir dans le secteur agro-pastoral,  grand demandeur de main-d’œuvre par la création de la Banque Agricole qui accordera de façon prioritaire des crédits à taux de remboursement très bas aux jeunes qui se lancent dans cette activité.
  • Doter chaque chef-lieu de département d’un centre de formation gratuite et de perfectionnement des jeunes aux métiers agricoles.
  • Offrir des bourses d’association aux jeunes qui s’inscrivent dans des incubateurs d’entreprises qui seront créées et rattachées à nos grandes écoles de commerce et d’ingénierie.